Escalade : astuces pour progresser

L’escalade est un sport glamour qui amuse beaucoup de gens en France. La pratique quotidienne vous aide à vous améliorer, comme toutes les autres activités sportives !!! Il est donc très nécessaire de faire des séances d’entraînement. Cela vous aidera à améliorer votre méthode. Mais il y a quelques stratégies à pratiquer, à part cela.

Commencez petit et familiarisez-vous avec la piste 

L’escalade est un exercice exceptionnel avec peu d’effets. Des recherches ont démontré qu’elle procure différents avantages mentaux et physiques. Choisissez une randonnée sur une surface pavée ou plane légèrement plus petite que l’écart, que vous parcourrez habituellement. Calculez une vitesse d’environ 3 km/h pour évaluer le temps nécessaire pour le faire par la piste. Tout d’abord, étudiez l’ ajustement de l’altitude et ajout d’une heure à l’intervalle pour chaque 305 mètres de gain à votre temps de randonnée prévu. La distance et les gradients qui vous conviennent seraient une idée pour vous après une ou deux sorties. Disposer d’une carte de la région et analyser les données et les informations une fois que vous avez choisi un sentier. Certains services en ligne exceptionnels sont ouverts. Découvrez si un cercle est un sentier, ou si vous allez devoir faire repérer ou effectuer une marche arrière. Prenez note de tout sentier qui se croise où vous repérer ou pourriez probablement prendre un mauvais virage. Vous aimez aussi chercher un endroit agréable pour déjeuner avec une vue, comme un lac ou une montagne. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter ce site à l’adresse suivante : clubaltitude.fr.

Préparez l’essentiel

Dans les montagnes, il est généralement très difficile de trouver des sources d’eau et vous devez donc en emporter avec vous, à moins que vous ne soyez totalement sûr qu’il y a une source d’eau le long du sentier. Notez que même les refuges de montagne n’ont généralement pas d’eau du robinet potable – bien que vous pouvez en acheter pour un prix modique. Si vous transportez trop d’eau, votre corps sera mis à rude épreuve, mais si vous n’en buvez pas assez, vous vous déshydraterez et vous serez mal à l’aise. Il est également très important que vous buviez régulièrement tout au long de la randonnée, ce qui peut être compliqué sur les terrains escarpés où vous devez tenir vos mains aux rochers pour garder l’équilibre. Une vessie d’hydratation est très utile pour de tels sentiers, car elle vous permet de boire sur le pouce sans problème. La puissance des rayons UV augmente de 4 % pour chaque 305 mètres gagné et il est donc essentiel de protéger votre peau et vos yeux lorsque vous faites de la randonnée en montagne. 

Apportez des chaussures, des vêtements et du matériel appropriés

Comme les sentiers de montagne sont généralement rocailleux, ils nécessitent des chaussures de sport adaptées. Pour les sentiers montagneux, nous recommandons de porter des chaussures de randonnée solides plutôt que des chaussures de randonnée légères (qui ne sont performante que sur des terrains plus faciles). De telles chaussures vous apporteront une stabilité et un soutien à la cheville sur des terrains accidentés et rocheux. Gardez également à l’esprit que les chaussures légères et les bottes à dessus synthétique ne sont pas le meilleur choix pour les terrains rocheux, car elles ne sont tout simplement pas assez durables pour résister à l’abrasion des rochers et des pierres. Le temps en montagne peut changer rapidement et il est donc vital de porter plusieurs couches de vêtements. La superposition permet de retirer ou d’ajouter des vêtements lorsque les conditions météorologiques ou votre niveau d’activité changent. Les vêtements pour les sentiers de montagne doivent également être légers, évacuer l’humidité et sécher rapidement.

Prenez votre rythme

On peut avoir envie de s’avancer comme un héros quand on se lance sur la piste. Mais à la fin de la longue journée, vous allez finir par perdre, à moins que vous ne rouliez à votre propre rythme. Sinon, choisissez un rythme que vous pouvez maintenir toute la journée. Au début, cela peut sembler un peu difficile, mais après quelques kilomètres, surtout en montagne, vous serez heureux d’avoir retrouvé vos forces. La plupart des gens commencent à ressentir les effets de l’altitude au-dessus de 2100 mètres. Plus vous êtes haut, moins il y a d’oxygène dans l’air et dont votre rythme respiratoire et cardiaque augmente pour fournir à vos cellules suffisamment d’oxygène, tandis que vos performances diminuent. Si vous n’êtes pas habitué aux hautes altitudes, il est judicieux de monter lentement et d’atténuer ainsi les effets de l’altitude. Dans certains cas (bien que rarement), le mal d’altitude aigu peut apparaître jusqu’en 2000 mètres. Si vous rencontrez des symptômes tels que perte d’appétit, nausées, vomissements, fatigue et maux de tête, il est préférable de redescendre, car les symptômes du mal d’altitude aigu peuvent durer jusqu’à deux jours. Pour l’escalade à très haute altitude +3000 mètres, une bonne acclimatation est nécessaire – la technique dite de l’escalade en hauteur, en dormant peu.