Choisir son piolet pour l'escalade

Approach Outdoor : Comment choisir son piolet pour l’escalade ?

L’escalade exige un bon matériel pour pratiquer cette activité sereinement. Il est possible d’exercer celle-ci en salle sur des blocs ou directement en extérieur. Dans tous les cas, il est important d’être bien encadré afin de comprendre les gestes à adopter durant la pratique. Avant de s’y mettre, il faut commencer par s’équiper. En plus des chaussons et de la corde, il faut trouver un piolet.

Mais alors, comment bien choisir celui-ci ? Les explications détaillées se trouvent dans l’article suivant.

Les différents éléments du piolet d’escalade

Le piolet est composé par plusieurs éléments. Il faut connaître ces parties afin d’analyser quel produit est le plus adapté à votre pratique. En effet, le piolet est composé avec une panne, une lame, un manche et une pique. Détails des différentes parties pour en savoir plus dans la suite de l’article.

La lame du piolet

Cette partie est présente sur certains modèles en acier et sur d’autres en aluminium. L’acier présente plusieurs avantages. Dans un premier temps, il faut savoir que l’acier est plus résistant dans le temps. Le piolet peut alors durer plus longtemps. La lame est aussi beaucoup plus lourde. Il faut donc le prendre en compte au niveau du poids à transporter en montagne.

Au contraire, l’aluminium est beaucoup plus léger, mais la lame peut avoir tendance à s’user plus rapidement. Il faut donc savoir si vous souhaitez investir dans un produit sur le long terme ou si au contraire vous privilégiez le confort durant l’escalade avec un produit plus léger. Dans tous les cas, la lame est composée de petites dents pour bien s’accrocher, notamment en cas de chute.

Le manche du piolet

Cette partie est importante puisqu’elle permet à l’utilisateur de bien prendre en main l’objet. À la base, ce manche était conçu en bois. Aujourd’hui, il est souvent réalisé en aluminium. Une façon d’alléger le poids du produit à transporter durant les sessions de grimpe. Certains modèles peuvent aussi être composés d’un manche en carbone.

 La pointe ou la pique du piolet

Cette partie est située à l’extrémité du manche. Elle se plante facilement dans la neige pour gagner en stabilité durant la grimpe. Selon les modèles, il est possible de trouver différentes piques. Parfois le manche est conçu simplement avec une forme biseautée au niveau de son extrémité. Dans ce cas, il n’y a pas vraiment de pique, il faut alors faire attention à la résistance de celui-ci durant l’escalade.

Pour d’autres, la pique est réelle. Elle est alors couramment composée d’acier. Enfin, certains piolets sont composés d’une pique particulière, notamment sur les piolets de cascade ou de dry. Découvrez d’autres sports à essayer avec le site sportweek.fr.

Les certifications à vérifier sur le piolet d’escalade

Ces certifications valident la sécurité de l’utilisateur. Il faut donc y faire particulièrement attention durant le choix du piolet et du matériel en général. Le magazine trendymood.com vous donne des conseils pour bien commencer la pratique de l’escalade.

Dans un premier temps, les piolets commercialisés en France doivent avoir la mention EN13089.

Ensuite, les lames possèdent deux certifications différentes :

–          La lame de type T (technique) : elles sont particulièrement résistantes. Cependant, elles peuvent augmenter les chutes de glace puisqu’elles sont plutôt épaisses.

–          La lame de type B (basique) : elles sont moins épaisses et elles peuvent se planter plus facilement dans la glace sans casser cette dernière.

Conseil : vous pouvez opter pour un modèle assorti d’une dragonne afin de pouvoir utiliser vos mains sans risquer de perdre votre piolet en pleine ascension.

En définitive, il est important de connaître les différents éléments du piolet pour choisir un modèle adapté à sa pratique.